Parents & éducation

Les étapes chez l’enfant

Quand vous regardez votre bébé, vous ne voyez plus un nouveau-né mais bel et bien un jeune enfant qui s’apprête à découvrir le monde. Ça met la larme à l’œil, mais c’est bon signe : peu à peu, bébé prend le chemin de l’autonomie !

Moins de biberons, plus de goûts

L’une des grandes étapes de la croissance d’un enfant est la diversification alimentaire. Petit à petit, bébé délaisse le sein ou le biberon pour manger comme un grand. Mais pas de panique : la diversification est un processus long, qui s’étale sur plusieurs mois. Recommandée à partir de 6 mois, mais envisageable dès 4 mois, la diversification consiste à introduire tout doucement de nouveaux aliments dans les repas de bébé. On commence par une petite cuillère de purée (de carottes, par exemple) à midi, puis on augmente progressivement la dose jusqu’à constituer un repas complet. Un conseil : ne faites pas goûter à bébé plus d’un nouvel aliment par jour, afin qu’il en identifie correctement le goût et l’odeur. Après les purées, introduisez les compotes, puis les protéines (viande, poisson, œuf). Peu à peu, l’appétit de bébé grandit et ses besoins ne sont plus les mêmes : il est temps de lui proposer des morceaux et des féculents (riz, pâtes, semoule, etc.).Côté boisson, seuls le lait et l’eau sont indispensables. On garde la main légère sur les jus et les boissons sucrées !

La diversification menée par l’enfant, c’est quoi ?

Le principe de la DME, diversification menée par l’enfant, repose sur l’idée de laisser bébé gérer lui-même ses repas. Comment ? En lui proposant les mêmes aliments que ceux consommés par toute la famille (en adaptant leur forme et leur texture, bien sûr). En pratique, vous pouvez déposer sur une assiette un morceau de carotte cuite devant bébé, qui le mangera en fonction de sa faim.

En marche, oui… mais à quel âge ?

Autre grande étape du développement de bébé, l’acquisition de la marche est aussi une préoccupation majeure des parents (et une épreuve physique… qui ne s’est jamais plaint de maux de dos après avoir fait gambader toute la journée bébé encore vacillant en lui maintenant les mains ? 🙂 ). Pas d’inquiétude concernant l’âge : la majeure partie des enfants marche entre 12 et 15 mois. Certains sont plus pressés de parcourir le monde et marchent avant de souffler leur première bougie. D’autres  préfèrent prendre leur temps et se laissent porter jusqu’à 18 mois. Chacun son rythme !

Apprendre à marcher, tout un art

Là encore, il n’y a pas de règles. Peut-être votre enfant parviendra-t-il à se déplacer à 4 pattes dès l’âge de 9 mois. Peut-être aussi qu’il préférera ramper ou avancer sur ses fesses. Certains enfants restent quant à eux parfaitement immobiles pendant des mois puis, un beau jour, décide de se lancer dans la belle aventure qu’est la marche. Bien sûr, des encouragement sont toujours les bienvenus, mais rien ne sert de forcer : quand bébé se sentira prêt, il se lancera de lui-même. Et c’est à ce moment-là qu’interviennent les premiers interdits, puisqu’un enfant qui se déplace s’expose à de potentiels dangers : on protège les coins de table et on laisse hors de portée tous les produits ménagers toxiques.

Encore des mots, toujours des mots…

A partir de 7 mois déjà, un enfant est capable de produire des syllabes. A cet âge, il lui est impossible d’en connaître le sens : il les répète par pur plaisir, ce sont des babillages. Rapidement, tout s’accélère, puisque vers 9 mois, bébé double les syllabes qui lui plaisent (il a dit Papa ! Il a dit Papa!)… sans pour autant en comprendre le sens. C’est entre 11 et 14 mois en moyenne que le premier mot est prononcé. A l’âge de 18 mois, bébé reconnaît 200 mots et en possède environ 50. Petit à petit, il les associe pour composer des phrases, qui deviendront des questions vers l’âge de 3 ans.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.